Nous sommes les citoyen-ne-s d’un même monde !

Sokona Niakhaté, avec Marie-Jo Do Rosario et Hervé Poirier

Vous trouverez ci-dessous la tribune rédigée avec ma collègue, Sokona Niakhaté, conseillère municipale déléguée à l’interculturalité et à la promotion de la diversité, à l’occasion de la Quinzaine de la solidarité internationale et de la Journée contre les violences faites aux femmes, deux événements qui donnent lieu à de nombreuses initiatives dans la ville en ce mois de novembre.

A Fontenay, le mois de novembre, comme chaque année, se place sous le signe de la solidarité et de la citoyenneté internationale, des éléments constitutifs de notre identité. La solidarité pour rappeler que tous nos actes, du local au global, comptent pour construire un monde plus juste.

La Quinzaine de la solidarité internationale met en avant toutes celles et ceux qui agissent en ce sens et nous avons la chance qu’ils soient nombreux à Fontenay ! La citoyenneté pour dire et redire que nous sommes avant tout les citoyen-ne-s d’un même monde.

Dans notre ville, qui est un mélange de « nés ici » et de « nés ailleurs », cela prend un sens particulier et nous en sommes fier-e-s. Nous pensons, d’ailleurs, qu’il serait temps de le reconnaître au plus haut niveau de l’Etat, en accordant à toutes et tous les mêmes droits, à commencer par celui de voter !

Cette année, la Quinzaine se clôturera en faisant une passerelle avec le combat pour les droits des femmes : le 25 novembre, des femmes viendront témoigner de leurs conditions de vie et des combats qu’elles mènent pour leur émancipation dans des contextes de crise politique, économique, de conflit et d’occupation.

En cette Journée Internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, ce sera un écho aux combats d’autres femmes et l’occasion de mettre à l’honneur des femmes, d’ici et d’ailleurs, qui ne veulent pas rester des victimes et s’engagent pour être actrices du changement !

J’ai mal à cette France-là !

S’il y avait un changement auquel je croyais (et il n’y en avait pourtant pas beaucoup, malheureusement…) en élisant François Hollande et une nouvelle majorité pour gouverner la France, c’était bien à l’apaisement du « climat » dans notre pays. Après des années de division, d’incitation au rejet de l’autre…, j’espérais que nous verrions très rapidement du changement sur ce plan-là. Or, je suis navrée de constater que la situation n’évolue pas, voire qu’elle empire…

Ca fait plusieurs jours que ce ras-le-bol me trotte dans la tête. Aujourd’hui, il y a deux nouvelles, deux gouttes d’eau qui font déborder le vase : tout d’abord, un sondage sur l’Islam qui serait trop visible en France et, ensuite, le renoncement du Gouvernement concernant le droit de vote des résidents étrangers aux élections locales.

Le sondage d’abord : 60% des personnes interrogées jugent l’Islam trop visible en France et 43% y voient une « menace » pour l’identité de notre pays ! Les résultats du sondage sont en eux-mêmes affligeants mais je me méfie toujours des sondages, encore plus quand ils sont, comme celui-ci, commandés et publiés par Le Figaro.

Image du collectif « Mamans toutes égales »

Ce qui est encore plus consternant que les résultats du sondage lui-même, c’est l’omniprésence de ce sujet dans les médias. Il n’y a plus un journal, plus un flash info à la radio… qui ne s’ouvre sans qu’on parle de l’Islam et des musulmans, comme si c’était devenu le principal sujet de préoccupation des Français ! Et, ce qui me désole, c’est que le Gouvernement, en particulier le Ministre de l’Intérieur, participe à cette stigmatisation.

Il y a deux jours, j’ai discuté avec une mère d’élève de Fontenay qui me racontait qu’elle avait renoncé à être déléguée parent d’élève et à accompagner les sorties scolaires car la directrice de l’école lui a dit que c’était interdit, en raison de son voile ! C’est une honte et j’ai bien sûr fait part à cette dame de mon soutien sans réserve !

Pourquoi le Gouvernement ne met-il pas immédiatement fin à ce type de discriminations intolérables ? Si j’étais à la place de Manuel Valls, plutôt qu’alimenter la peur sur la prétendue montée de l’islamisme radical, je publierais immédiatement une circulaire rendant illégaux les règlements intérieurs des écoles qui visent à empêcher les mamans voilées d’accompagner les sorties scolaires, puisque c’est bien de cela dont il s’agit sous prétexte de « neutralité » de l’école laïque. Mieux, j’abrogerais la loi du 15 mars 2004 qui laisse place à ce genre d’interprétations abusives du principe de laïcité !

Campagne de la LDH pour le droit de vote des étrangers

L’honneur d’un Gouvernement de gauche, ce devrait être, inlassablement, de combattre le rejet de l’autre et d’affirmer que, sur le sol français, « la patrie des droits de l’Homme », on a les mêmes droits et les mêmes devoirs, qu’on soit né ici ou là-bas, qu’on ait acquis la nationalité française par la naissance ou par l’histoire ou qu’on en ait gardé une autre.

Or, que fait ce Gouvernement ? Il renonce, avant même d’avoir essayé, à instaurer le droit de vote pour les résidents étrangers aux élections locales, sous prétexte qu’il n’y a pas de majorité au Parlement pour y arriver et qu’il ne faut « pas mettre le pays à feu et à sang », dixit un conseiller de Matignon ! Quel courage !

Je suis triste et consternée. J’ai mal à cette France-là.