Meeting pluvieux, meeting heureux !

Un meeting en plein air

Nous avons cru pendant un moment que la pluie allait gâcher la fête mais, finalement, notre meeting en plein air fut une réussite. Vous trouverez dans le billet ci-dessous l’intervention que j’ai faite ainsi que quelques photos, prises par Nathalie Gautrais.

Cher-e-s ami-e-s,

Bonsoir à toutes et tous,

Bonsoir aux militants et aux amis, qui composent le Front de gauche, dans sa grande diversité. Bonsoir à mes ami-e-s élu-e-s. Bonsoir à toutes celles et tous ceux qui nous ont rejoints ce soir, qui savent l’importance de montrer notre détermination à quelques jours du premier tour de cette élection législative dans laquelle nous sommes engagés.

Christian Favier est venu nous apporter son soutien

Je remercie Christian Favier, sénateur et président du Conseil général du Val-de-Marne, d’être venu nous apporter son soutien. Comme vous vous en doutez, en cette période, il est très sollicité. A la tête de la majorité de gauche qu’il conduit, au Département, il montre ce qu’on peut faire quand on a la conviction chevillée au corps qu’une société plus juste et plus solidaire est possible. Et cela n’empêche pas, bien au contraire, que notre Département soit un des mieux gérés du pays !

Comme sénateur, Christian sait aussi l’importance d’avoir, au Parlement, une gauche qui puisse compter sur toutes ses couleurs et, même, qui tire vers le rouge plus que vers le rose pâle !

C’est tout l’enjeu de ces élections législatives. Nous sommes la force dont la gauche a besoin pour ne pas décevoir, pour réussir.

La défaite de Nicolas Sarkozy était une première étape, indispensable, pour retrouver un peu d’air. Avec les quatre millions d’électeurs de Jean-Luc Mélenchon, nous sommes très fier-e-s d’y avoir contribué.

Mais nous avons toujours dit que l’alternance ne pourrait suffire.

Sans un changement radical de logique, qui reprenne le pouvoir aux marchés financiers et remette l’humain au centre de l’action publique, toute action est vouée à l’échec.

Michèle Le Gauyer, du Parti de gauche, nous a parlé d'écologie

Et, pour cela, il ne suffit pas d’aller parler de croissance dans un sommet du G8 comme François Hollande l’a fait quelques jours après son investiture ! On n’en a pas beaucoup parlé mais la déclaration finale de ce G8 est un appel à la « consolidation et [et à la] responsabilité budgétaire ».

La réduction de la dette publique ne peut pas être l’alpha et l’oméga d’un Gouvernement et d’une majorité de gauche !

Et ce n’est pas irresponsable de dire cela !

Être irresponsable, c’est penser qu’on peut vivre avec 1100€ par mois, le montant actuel du SMIC et croire qu’on peut se contenter de donner un coup de pouce au SMIC !

Être irresponsable, c’est constater son impuissance devant les usines qui ferment et les ouvriers que ça laisse dans la désespérance !

Être irresponsable, c’est laisser se développer un système éducatif qui reproduit les inégalités !

Être irresponsable, c’est penser qu’il est normal que les gens s’endettent sur 30 ans pour acheter un appartement à 50km de leur lieu de travail !

Être irresponsable, c’est laisser la finance gouverner nos vies, au profit d’une petite minorité !

Voilà autant de sujets sur lesquels la gauche doit se positionner clairement. Nous avons un choix à faire entre la social-démocratie, qui n’a plus de « social » que le nom et qui a échoué partout où elle était au pouvoir en Europe (de l’Espagne à la Grèce, en passant par la Grande-Bretagne) et une gauche courageuse, qui change vraiment la vie.

Une assemblée attentive

Le président actuel n’est pas notre ennemi : nous voulons simplement l’aider à se poser les bonnes questions. Nous voulons le tirer sur sa gauche. Nous serons présents dans la rue autant de fois que ce sera nécessaire pour rappeler cet aiguillon mais il nous faut aussi des relais à l’Assemblée nationale.

La question, c’est le partage des richesses. L’objectif, c’est de les partager autrement pour vivre mieux, pour vivre tous bien.

Nous voulons et nous pouvons avoir :

-          le SMIC à 1700€ bruts en début de législature, à 1700€ nets d’ici 2017 ;

-          la retraite à 60 ans à taux plein et pas de retraite en dessous du SMIC ;

-          une allocation universelle d’étude et d’autonomie pour les jeunes ;

-          des logements accessibles pour tou-te-s dans des quartiers mixtes et agréables ;

-          des visas sociaux et écologiques à nos frontières pour garder et développer des emplois de qualité sur notre territoire tout en agissant pour une mondialisation qui nivelle par le haut les conditions de vie et de travail des travailleurs du monde entier ;

C’est cela partager autrement les richesses !

Pour y arriver, il faut tout d’abord engager une grande réforme de la fiscalité.

Le barbecue a eu du succès

Nous avons également besoin de construire une autre Europe. Aujourd’hui, dans la continuité de notre « non » au traité constitutionnel européen, en 2005, nous sommes les seuls à gauche à le demander.

Mais cette contestation monte partout en Europe et nous espérons d’ailleurs la victoire de Syriza, en Grèce, l’équivalent de notre Front de gauche, dans 10 jours. Comme le dit Alexis Tsipras, son leader, Madame Merkel n’est pas propriétaire de l’Europe et nous n’avons pas à lui faire des courbettes !

Avec ces élections législatives, nous pouvons participer à un moment, à un mouvement historique.

Pour moi, être candidate, c’est donc marcher un peu devant mais poussée par tous les autres, qui forment ce mouvement.

C’est en tout cas ainsi que j’ai choisi d’être candidate :

Être candidate pour porter haut et fort les couleurs de notre Front, pour faire vivre l’espoir de ce véritable changement auquel nous croyons.

Être candidate, ce n’est donc surtout pas une aventure individuelle.

 

J'ai tenu à remercier toutes les personnes engagées dans cette belle campagne

C’est pourquoi je voudrais terminer par quelques mots de remerciement.

A vous toutes et tous, qui n’avez pas compté votre temps et votre énergie, je voudrais dire merci.

Merci d’avoir tenu les points fixes dans les quartiers, d’avoir distribué devant les métros et les RER, d’avoir assuré une présence enthousiaste et déterminée partout dans la circonscription.

Merci pour l’organisation des différentes initiatives qui demandent une logistique dont on ne mesure pas toujours l’importance.

Merci d’avoir préparé, organisé, synthétisé les discussions dans les ateliers législatifs. Nous nous étions fixé un programme ambitieux dans une campagne très courte et nous avons réussi à le tenir : organiser 4 ateliers, dans les 3 villes de la circonscription, pour discuter des propositions que nous allions porter dans cette campagne.

Merci à toutes celles et ceux qui ont participé à ces ateliers : vous en avez fait des moments d’échange, de réflexion, de construction partagée. C’est bien sûr une démarche et un travail que nous poursuivrons.

Merci d’avoir organisé les rencontres voisins-voisines.

Merci d’avoir donné vos soirées pour grimper les marches, pour frapper aux portes et ainsi aller à la rencontre des habitants de notre circonscription, présenter l’enjeu de ces élections et recueillir le soutien public de plus de 1000 d’entre eux.

Merci aussi à François, pour son soutien : j’ai beau être « tombée dans la marmite » de la politique, toute petite, comme disent certains… être candidate à une telle élection est une aventure quelquefois vertigineuse…

Merci pour votre enthousiasme, merci pour tous les mots de soutien et d’encouragement. J’ai essayé d’être à la hauteur de ce que nous sommes en train de faire ensemble et je suis très fière de porter les couleurs du Front de gauche.

Et nous avons terminé en dansant sur les rythmes latinos !

Grâce à notre mobilisation, dans la continuité de la campagne pour l’élection présidentielle, nous avons montré que nous sommes la force en dynamique. Dans les derniers jours qui nous restent, il ne faut pas relâcher nos efforts ! Nous pouvons encore discuter, convaincre.

Et, dimanche soir, nous pouvons représenter la gauche au 2ème tour et être en situation de battre Patrick Beaudouin, le député de la Droite populaire !

En avant vers la victoire !

Hasta la victoria siempre !

 

Les commentaires sont fermés.