Quelques réflexions sur notre campagne… avant le verdict des urnes

Il est toujours délicat de se livrer à l’exercice des pronostics quelques jours avant une élection. Entre ce que l’on sent, ce que l’on espère et ce que l’on craint, il y a quelquefois des marges difficiles à apprécier. Il me semble par contre à la fois assez intéressant et honnête de s’essayer à livrer quelques analyses sur la campagne électorale… avant le verdict des urnes. Je me lance, donc !

D’un point de vue interne, quoique large (puisque plusieurs centaines de personnes se sont impliquées de façon active dans la campagne), je trouve que nous avons réellement passé un cap dans l’engagement citoyen. Nous avons bien sûr à Fontenay une longue tradition (plus ancienne que moi !) de mobilisation, en particulier quand il s’agit de défendre les intérêts de « notre » ville.

Les jeunes à la MilongaDans cette campagne, nous avons cependant poussé plus loin le processus : aux côtés des militant-e-s adhérents d’un parti politique, les citoyen-ne-s non « encartés », désireux de s’impliquer dans la dynamique « Fontenay pour tous », n’ont pas été seulement invités à assister à des réunions ou à fournir « la main-d’œuvre » toujours nécessaire pour l’organisation pratique des initiatives.

Ils ont pu directement contribuer à l’élaboration du programme, en assistant aux ateliers mais aussi en participant à leur préparation et à leur animation. Sur le terrain, les militant-e-s communistes ont largement organisé le « porte-à-porte » mais ils ont pu compter sur des renforts venus d’autres organisations et des rangs citoyens. Ainsi, les pratiques et les expériences ont circulé, se sont diffusées.

Je vois plusieurs explications à cette belle dynamique collective.

« Fontenay pour tous » s’est donnée des règles de fonctionnement relativement exemplaires : l’ensemble des composantes a été associé à toutes les phases de discussion et de négociation, qu’il s’agisse du programme (en particulier dans la phase de synthèse), de la constitution de la liste et de la rédaction de l’accord final. Dans les instances de concertation et de décision, jusqu’au collectif électoral, les citoyen-ne-s ont été représentés, ainsi bien sûr que l’ensemble des composantes de « Fontenay pour tous ».

4 mars - Salle deboutJe crois aussi que chacun, individu et composante, se sent lié par la démarche dont nous étions convenus au départ : nous mettre d’accord sur les contenus pour constituer le socle de notre rassemblement. Le socle ayant ainsi été bâti de façon solide, chacun y est arrimé de façon solidaire. Bien sûr, chaque organisation politique garde sa place et saura, à l’avenir, faire valoir ses idées et ses différences. Mais il me semble que nous avons de quoi faire fonctionner la potentielle future majorité municipale de façon intelligente et partagée, d’autant que la liste reflète de belle façon notre diversité.

Dans cette réussite, je crois que la construction « Front de gauche » a joué un rôle : je parle de « construction » car le Front de gauche constitue à mon sens une démarche inachevée (un « work in progress »), qui a d’ailleurs montré des imperfections au niveau local (concernant notre processus interne de désignation des candidat-e-s) et qui tangue quelque peu au niveau national (je n’y reviens pas pour le moment). Mais je crois que cette construction nous a déjà fait progresser vers des modes d’échanges et de décision plus démocratiques.

Alors, tout n’est pas parfait, loin de là… Mais cette construction collective, citoyenne et enthousiaste, nous a donné du cœur à l’ouvrage pour multiplier les temps de rencontre et d’échanges avec la population, à un niveau rarement atteint (ce sont les plus anciens qui le disent !), qu’il s’agisse des rencontres au porte-à-porte (dans les quartiers Bois Cadet, Larris, Jean Zay, Pasteur…, l’ensemble des immeubles a été visité au moins une fois !), des ateliers pour construire le programme, des points de rencontre, des repas solidaires ou des initiatives centrales…

Il fallait bien cela pour avoir encore envie de faire de la politique, au sens le plus noble du terme, dans un climat morose. Il ressort en effet de nos multiples rencontres un fort sentiment d’abattement, là où nous préfèrerions trouver de la colère. Les gens semblent peu enclins à se battre, certains rejettent en bloc les « politiciens » et ne veulent pas voter.

Paradoxalement, et c’est ce qui fait tout l’intérêt d’une campagne pour les élections municipales, le Maire est attendu comme le seul à pouvoir résoudre bien des maux. Cela suscite un certain nombre d’attentes déçues (sur le logement, sur l’emploi, sur la sécurité…), sans pour autant que les discours démagogiques de nos adversaires sur ces sujets aient beaucoup de prise. Nombreux sont aussi les habitant-e-s qui nous ont témoigné de leur attachement à leur Maire et à leur ville.

Distribution Patinoire 15 marsCertains diront peut-être qu’il n’y a là qu’une reconnaissance du ventre ou un attachement dépourvu de toute forme de politisation (le Maire reste l’élu préféré des Français, toutes tendances politiques confondues). Pour ma part, j’y vois tout d’abord un manifeste silencieux en faveur de la démocratie de proximité, aujourd’hui largement remise en cause et attaquée.

Et c’est d’abord cette exigence démocratique et citoyenne que j’ai la volonté de porter, dans le fond et dans la forme, si les électeurs nous font l’honneur, avec Jean-François Voguet et tous les candidat-e-s de la liste « Fontenay pour tous », de nous confirmer à la tête de la ville.

Une réflexion au sujet de « Quelques réflexions sur notre campagne… avant le verdict des urnes »

  1. Bravo Nora pour ton analyse, alors « Ne lâche rien »