Fontenay, mon image de France

Apres ce mois d’août pourri par les polémiques nauséabondes, je me suis plusieurs fois demandé ce que j’allais écrire pour rompre la trêve estivale et sacrifier au sempiternel « C’est la rentrée ! ».

Mais les mots, que j’ai d’habitude faciles, cette fois-ci, ne venaient pas. Une trop grande morosité dans l’air, malgré le ciel bleu qui se prolonge. Une difficulté à tracer des perspectives, à l’aube de cette année électorale qui ne me dit rien qui vaille.

Alors, je n’ai rien dit, jusqu’à ce jour de rentrée scolaire. La première pour mon petit bonhomme.

image

En accompagnant mon fils dans sa classe, dans l’école populaire de notre quartier, j’étais avec les mamans voilées et celles qui ne le sont pas,  les papas trop peu nombreux, les gens modestes, tous ces parents émus – j’étais l’une d’eux. J’ai entendu parler le français, l’arabe, le russe. J’ai aimé les enseignants, parlant avec la même attention à chacun. J’ai vu tous ces gamins avec leur regard brillant, leur tenue apprêtée, leur coiffure soignée.

J’étais fière d’être là. Ce coin de Fontenay, ce matin, c’est mon image de France, celle qui me donne envie d’agir, celle qui répond le mieux aux polémiques et remplace tous les discours.

Le combat continue. Bonne rentrée !

Les commentaires sont fermés.