Femmes en résistance : exposition à la Halle Roublot

Cette année, à Fontenay, nous avions décalé la traditionnelle réception organisée pour la Journée internationale des droits des femmes à ce mardi 19 mars pour ne pas tomber en pleines vacances scolaires. Toute cette semaine, d’autres initiatives sont organisées : vous pouvez retrouver le programme en ligne.

Nous avions aussi décidé de changer la forme de cette réception : en partenariat avec le service culturel, nous l’avons ainsi organisée en même temps que le vernissage de l’exposition de portraits de « Femmes en résistance », réalisés par Pierre-Yves Ginet. Vous pouvez voir cette exposition et sa déclinaison locale « Fontenaysiennes en résistance » » à la Halle Roublot.

Je retranscris ci-dessous le discours que j’ai prononcé à cette occasion, avec quelques photos de l’événement :

Mesdames, Messieurs,

Cher-e-s ami-e-s,

Réception Halle RoublotCette année, nous célébrons donc le 8 mars, Journée internationale des droits des femmes un peu en décalé. Comme le 8 mars tombait cette année en pleines vacances scolaires, nous voulions que le plus grand nombre d’entre vous puisse participer à ce moment à la fois convivial et revendicatif, où les femmes – et les hommes qui les soutiennent ! – rappellent le chemin qui reste à parcourir vers l’égalité.

Depuis plusieurs années, de toute façon, nous étalons le 8 mars sur plusieurs journées. C’est lié à la richesse des initiatives proposées, tant par les services municipaux que par les différents partenaires institutionnels et, bien sûr, par les associations locales.

J’y vois aussi une façon de rappeler que le 8 mars ne peut pas être une journée « alibi », un moment où l’on se donne bonne conscience pour les 364 jours restants dans l’année. Ainsi, nous nous inscrivons d’ores et déjà dans la campagne lancée par le Ministère des droits des femmes « Le 8 mars, c’est toute l’année ! » et nous comptons bien faire apparaître la ville de Fontenay-sous-Bois dans le calendrier de l’égalité proposé par le Ministère.

A propos de ce Ministère, j’avais souhaité, l’année dernière, que nous retrouvions, à l’occasion d’un changement à la tête du pays, un ministère de plein exercice pour les droits des femmes. C’est chose faite depuis 10 mois et c’est une bonne nouvelle !

Des décisions ont été prises, qui vont dans le bon sens : la nomination d’un gouvernement paritaire, l’adoption d’une nouvelle loi sur le harcèlement sexuel, le remboursement de l’IVG à 100% et la gratuité de la contraception pour les 15-18 ans, la création de 1600 places d’hébergement d’urgence et la création d’un Observatoire national des violences faites aux femmes.

Je salue ces décisions. Mais je sais aussi que le Ministère des droits des femmes ne pourra être pleinement utile s’il est un îlot isolé dans l’action gouvernementale.

Atelier théâtreOr, le contexte économique et social que nous connaissons, et les choix politiques qui sont faits pour y faire face, sont inquiétants pour la société toute entière et pour les femmes en particulier car nous savons qu’elles sont les premières à pâtir de la crise. L’égalité n’est absolument pas compatible avec l’austérité !

Heureusement, les femmes debout, les « femmes en résistance » ne manquent pas, comme nous le montre cette exposition de portraits de femmes, réalisés par Pierre-Yves Ginet, que nous vous proposons de découvrir ce soir.

Ces portraits permettent de sortir du stéréotype de la femme victime. Bien que les femmes, partout dans le monde, soient plus vulnérables à la pauvreté, à l’absence d’éducation, aux guerres, aux maladies…, Pierre-Yves Ginet nous rappelle qu’elles sont nombreuses à œuvrer pour la reconnaissance et le respect des droits humains fondamentaux.

Sur proposition de l’artiste, nous avons souhaité donner une déclinaison locale à cette exposition de « femmes en résistance ». Vous pouvez donc aussi découvrir sur les murs onze portraits de Fontenaysiennes.

Je les remercie d’avoir bien voulu participer à ce projet car je sais que leur parcours, leur engagement se caractérisent avant tout par la discrétion. Qu’elles soient à la tête d’une maison d’édition militante, investie dans la vie lycéenne, chercheure engagée dans le combat contre l’amiante, présidente d’une amicale de locataires… : elles sont nos héroïnes du quotidien.

Par leur action au service des autres, par leur engagement associatif ou personnel, par leur volonté de marcher toujours la tête haute, elles résistent à l’indifférence, à l’individualisme qui gangrènent notre société. Elles créent, tissent, renouent des liens dans notre cité. Elles incarnent l’espoir d’un monde plus juste et plus solidaire. En cela, sûrement, elles donnent raison au poète qui déclarait que « la femme est l’avenir de l’homme ».

PhotographesElles prêtent un visage à toutes les autres femmes, celles qu’on aurait aussi pu mettre à l’honneur dans cette exposition, mais également celles qui ont perdu la force ou l’envie de se battre.

Elles nous invitent à poursuivre notre action pour toutes les femmes, pour le respect de nos droits, pour l’égalité.

Pour cette dernière année de mandat municipal, nous travaillerons bien sûr à la mise en œuvre du Plan d’actions local pour l’égalité, adopté l’année dernière. J’ai souhaité – et j’en terminerai par là – que nous mettions tout particulièrement l’accent sur les priorités suivantes :

-         affirmer le rôle exemplaire de la ville de Fontenay-sous-Bois en tant qu’employeur ;

-         améliorer notre dispositif d’accompagnement pour les femmes victimes de violences : nous travaillons en ce moment avec l’association Home, dont je salue l’action, pour ouvrir un autre appartement-relais dans la ville, en partenariat avec Valophis, le bailleur départemental ;

-         encourager la pratique sportive des filles et des femmes, en mettant en place une bourse aux projets des clubs sportifs ;

-         défendre la santé des femmes et le droit à disposer de leur corps avec une grande campagne sur la contraception, qui fera suite à la polémique sur la pilule dont on voit déjà les effets désastreux dans les centres IVG et une campagne de prévention des cancers du sein pour inciter les femmes à participer au dépistage.

Bien sûr, toutes ces actions ne verront le jour qu’en partenariat avec mes collègues élu-e-s, avec les services municipaux, avec les partenaires institutionnels concernés et avec les associations locales. Le combat pour l’égalité ne sera victorieux que s’il est partagé !

Pour l’organisation et l’animation de cette soirée, je salue, en particulier, mon collègue Michel Tabanou et le service culturel de la Ville ainsi que Jacqueline Matrat et Clémentine Bretagnolle pour la mission Droits des femmes et, bien sûr, les élèves de l’école de théâtre, les lycéens de Picasso et les participants à l’atelier théâtre dans les quartiers Jean Zay et les Larris.

Merci pour votre engagement et votre travail !

Les commentaires sont fermés.